Qu’est-ce que le SEO ?

SEO definition

Non, le SEO n’est pas une bête curieuse ! Il peut devenir ton meilleur allié sur Internet. Et pour te le montrer, je te propose ici une définition du SEO la plus complète et sympa possible. Tu verras les avantages qu’il peut t’apporter et comprendra aussi comment il fonctionne. Je donne aussi quelques pistes pour améliorer son SEO à la fin de l’article 😉.

C’est quoi le SEO ? Définition

L’acronyme SEO correspond aux termes “Search Engine Optimization”. En français, cela veut dire : optimisation pour les moteurs de recherche (Google, Bing, Yahoo, Qwant…). On le nomme aussi référencement naturel.

Définition du SEO : le SEO consiste à optimiser un site web et son écosystème pour les moteurs de recherche dans le but d’augmenter sa visibilité dans les résultats de recherche et donc, auprès des internautes.

Concrètement, le SEO est un ensemble de techniques d’optimisation tant sur le site en lui-même (optimisation on-site) qu’en-dehors (optimisation off-site). Ces techniques de référencement sont assez nombreuses. Le but de cet article n’est pas de les décrire toutes de manière exhaustive, mais de proposer un condensé. Qui plus est, il existe plusieurs ouvrages, sites web, blogs (dont celui-ci 😉), forums qui te permettront d’en savoir davantage !

Pour continuer avec la définition du SEO, il est important de savoir que le SEO comprend 3 catégories différentes :

  • le White Hat ;
  • le Grey Hat ;
  • et le Black Hat.

Les moteurs de recherche approuvent et encouragent le White Hat. Ils tolèrent le Grey Hat, mais cela pourrait changer à l’avenir. Enfin, le Black Hat est fortement pénalisé par Google et consorts !

Le White Hat

Le White Hat regroupe l’ensemble des techniques respectueuses des conseils de qualité donnés par les moteurs de recherche 👍. Avec ces techniques, les sites web et blogs seront référencés et sont aucunement pénalisés.

En bref, ce sont des techniques légales qui augmentent le trafic de manière naturelle et les moteurs de recherches les apprécient plus que tout !

Ce sont d’ailleurs ces techniques que j’ai choisi d’utiliser pour réaliser le défi que je me suis lancé en juin dernier 😉!

Le Grey Hat

Il y a un flou artistique autour de cette notion ! On ne sait pas vraiment ce qu’elle regroupe exactement et la communication de Google à ce sujet reste vague.

Cependant, plusieurs experts SEO pensent que le fait d’améliorer son positionnement de manière artificielle, sans pour au tant tomber dans le Black Hat, fait parti du Grey Hat. Par exemple, il peut s’agir d’ajouts de liens externes de façon automatique (sites de partage de liens). Actuellement, cette pratique n’est pas pénalisée, mais pourrait le devenir à l’avenir si des abus sont constatés. Pour ce qui est de l’achat et la vente de liens, Google en sanctionne la vente par un positionnement moins bon. De plus, il ne tiendra pas compte des liens soupçonnés d’être achetés dans son calcul de popularité (PageRank).

Je ne pense pas qu’il soit pertinent pour un blog ou un site web de s’inscrire sur des annuaires ou autres sites de partage de liens du fait de la piètre qualité de ces liens ! Ce ne sont pas eux qui apporteront le plus de valeur, mais plutôt les liens provenant de sites qui font autorité dans leur domaine.

Le Black Hat

Et pour terminer la série, le Black Hat ! Ce dernier regroupe toutes les techniques qui vont à l’encontre des règles fixées par Google et ses confrères. En somme, elles sont formellement INTERDITES ⛔ ! Quand Google découvre ce genre de pratique, il sanctionne sévèrement le site et cela peut aller jusqu’à la désindexation !

Pour donner un exemple de Black Hat, on retrouve le bourrage de mots-clés sur une page web, cachés dans l’arrière-plan (couleur de police identique à celle du fond de la page). Ils sont alors invisibles pour l’internaute, mais pas pour les algorithmes des moteurs. Autre exemple : la création d’un réseau de sites internet uniquement pour aider au référencement et au positionnement du site principal.

Pourquoi utiliser le SEO ?

C’est une question qui revient souvent : pourquoi utiliser le SEO quand le SEA existe ?

Contrairement au SEO qui est gratuit (si on ne tient pas compte du temps consacré à le faire), le SEA, ou référencement payant, permet d’avoir du trafic sur son site en passant par une annonce payante.

Avec le SEA, la visibilité sur les moteurs de recherche est quasi-immédiate. Par contre, dès que l’annonce s’arrête, le trafic chute ! À contrario, le SEO permet d’avoir du trafic en continu et sur le long terme, mais cela prend du temps au démarrage. Si on devait faire une analogie avec le monde de la course à pied, là où le référencement payant est un sprint, le référencement naturel est un marathon !

Dans l’idéal, en terme de trafic, il est intéressant d’utiliser les deux. Le SEA en apporte rapidement, mais à tendance à s’arrêter net dès qu’on ne paye plus. Le SEO, quant à lui, est plus long à montrer des résultats, mais les effets sont plus bénéfiques et durent dans le temps.

Pourquoi le SEO est important ?

Pour montrer l’importance qu’a le SEO aujourd’hui, je vais présenter quelques chiffres. Ça sera bien plus parlant qu’un long discours 😄!

  • En 2012, 54 % des personnes utilisaient un moteur de recherche pour faire leurs recherches sur le web (Source : Forrester Research). C’était 50 % en 2011.
  • Plus récemment, en 2019, une étude de Backlinko a montré que le premier résultat naturel dans la SERP de Google a en moyenne un taux de clics de 31,7 %. Il est de 24,7 % pour la deuxième position et de 18,7 % pour la troisième position. Soit un total de 75,1 % des clics pour sur les trois premières positions !
  • Toujours selon la même étude, moins d’1 % des clics se font sur la seconde page de résultats. D’ailleurs, ne dit-on pas que “le meilleur endroit pour cacher un corps, c’est la deuxième page de Google !“.
CTR en fonction de la position dans la SERP de Google - etude de Backlinko
Taux de clics en fonction de la position de la SERP (source : Backlinko)
  • Une autre étude, de 2020 cette fois-ci et menée par Sistrix, montre quant à elle que le CTR est de 28,5 % pour la première position pour une utilisation de Google sur mobile (smartphone). La deuxième place obtient 15,7 % des clics et la troisième, 11 %. Comme pour l’étude précédente, la seconde page de résultats recueille moins d’1 % des clics.

Bon, je vais arrêter là pour les chiffres 😅. Il existe bien sûr d’autres études plus ou moins récentes. Les valeurs y diffèrent un peu, mais les tendances sont clairement les mêmes. Au final, ces chiffres parlent d’eux-mêmes et montrent l’importance d’être bien positionné dans les résultats naturels.

Ainsi, en étant bien placé dans la SERP sur plusieurs mots-clés, les pages web obtiendront un trafic important. Les internautes visiteront alors le site web qui, bien entendu, propose un contenu de qualité et répondant aux requêtes. Quand ils sont satisfaits, ils reviennent et en parlent autour d’eux. Par conséquent, les visites, les ventes, etc., augmentent. Il en va de même avec la popularité. En fin de compte, le site bénéficiera d’un trafic direct issu des moteurs de recherche et d’un trafic indirect venant des médias sociaux ou des liens externes (backlinks).

Pour résumer davantage, le SEO constitue une importante source de trafic non-négligeable dont les effets se ressentent aussi bien sur la notoriété de la marque que sur le chiffre d’affaire !

Quel est le mode de fonctionnement d’un moteur de recherche ?

Avant de s’intéresser au fonctionnement du SEO, commençons par regarder rapidement celui des moteurs de recherche, les deux étant intimement liés !

Les moteurs de recherche fonctionnent en plusieurs étapes :

  1. Phase de crawl : des robots explorent le net en passant de lien en lien et récupèrent les informations.
  2. Phase d’indexation : les informations sont ensuite indexées dans une base de données, appelée “index”.
  3. Phase de ranking : grâce à une interface de recherche, les informations sont restituées aux internautes en étant classées selon leur degré de pertinence (résultats de recherche).

Pour cette dernière étape, les moteurs utilisent un ensemble de 3 méthodes de tri et de classement : la pertinence, la popularité (PageRank) et l’expérience utilisateur.

Si on prend en exemple Google, celui-ci n’utilise pas moins de 200 critères pour calculer le degré de pertinence d’une page/site web. On peut facilement imaginer que c’est aussi le cas pour Yahoo, Bing…

Il faut aussi savoir que ce sont des petits cachottiers, Google le premier (sa dernière publication sur ce sujet date de 2000) ! Ils protègent leurs algorithmes et communiquent rarement sur leurs fonctionnements. Cependant, avec les années, les spécialistes SEO ont identifié les principaux critères de classement sur lesquels se fondent les moteurs. Ce qui pourra donner lieu à un article plus complet sur le sujet prochainement 😉!

Qu'est-ce que le SEO ?

Comment fonctionne le SEO ?

Proposer une définition du SEO sans parler de son fonctionnement ne serait pas complète ! Alors, intéressons-nous maintenant à ce point.

J’ai mentionné juste avant que le fonctionnement du SEO et celui des moteurs étaient liés. En effet, les différents critères de positionnement peuvent être optimisés par des actions SEO. Sans compter la stratégie SEO (à définir au préalable), le référencement naturel repose sur 3 piliers : la technique 🔧, le contenu 📝 et la popularité 🎉. On le représente aussi souvent sous la forme d’une pyramide. La base correspond alors à la technique, puis vient le contenu et au sommet se trouve la popularité.

Les 3 piliers du SEO infographie

Le SEO technique

Le SEO technique regroupe toutes les optimisations en lien avec le fonctionnement général du site web. C’est la base du SEO ! L’objectif est ici de s’assurer que les algorithmes trouvent toutes les pages du site et arrivent à les parcourir sans peine.

Ces optimisations sont essentiellement prises en compte pour évaluer l’expérience utilisateur.

Le contenu

Le contenu peut être sous la forme d’un texte, de vidéos, d’images, d’une page produit… Un seul objectif ici : créer de la valeur ajoutée avec des contenus de qualité !

Ce pilier du SEO contribue pour beaucoup dans le tri par pertinence.

La popularité

Avec la popularité, on aborde l’optimisation off-site. Ici, l’objectif est de tisser des liens avec d’autres sites web (backlinks) pour mettre en valeur son expertise et sa valeur ajoutée. C’est aussi un très bon moyen pour obtenir plus de visites et fidéliser ses lecteurs.

De quelle manière obtenir un bon référencement naturel ?

Pour compléter sur le SEO et sa définition, faisons un petit tour d’horizon sur comment obtenir un bon référencement naturel. Comme ce dernier est en perpétuelle évolution, il sera nécessaire de se tenir au courant grâce à une veille permanente. C’est donc l’une des nombreuses actions à mettre en place pour obtenir un bon référencement naturel.

Ensuite, voici une liste de points qui peuvent être optimisés pour atteindre les premières positions sur les pages de résultats.

1. Choix des mots-clés

Avant toute chose, il faut définir sa stratégie SEO et cela passe par le choix des mots-clés sur lesquels positionner son site web/blog. L’idéal est d’avoir une requête-clé dédiée par page. Si tu souhaites en savoir plus, tu peux lire mon article “Comment choisir ses mots-clés pour son blog ?“.

2. La partie technique

Optimiser la partie technique du SEO revient à bien paramétrer le site web. Une fois les réglages faits, la plupart de ces paramètres ne demanderont plus d’interventions. D’autres au contraire devront être surveillés régulièrement pour éviter toutes chutes intempestives dans les positions.

  • balisage HTML
  • maillage interne
  • structure des URLs
  • HTTPS
  • architecture du site
  • vitesse de chargement des pages
  • optimisation mobile
  • attribut ALT des images
  • nom de domaine

3. Le contenu

Pour ce qui est de l’optimisation du contenu, les points à travailler en priorité seront :

  • le mot-clé (1 par page à intégrer dans l’URL, le titre H1, l’introduction, les intertitres, les images et le corps du texte) ;
  • le champs sémantique ;
  • les balises Hn ;
  • les liens internes et externes ;
  • la balise meta-description.

Le contenu devra également être qualitatif et apporter une réelle plus-value au lecteur.

4. Popularité des contenus

Ensuite, il faudra s’intéresser à la popularité des contenus, c’est-à-dire aux backlinks. Plus on obtient de liens provenant de sites de qualité et dans le même domaine que le sien, plus on améliore la popularité de son site. Et par conséquent, la visibilité sur les moteurs de recherche !

Pour améliorer son référencement, les contenus seront à promouvoir. Il faudra aussi rester vigilant par rapport à la provenance des liens et aux ancres. La qualité est à privilégier sur la quantité 😉!

5. Suivi du SEO

Pour terminer, le référencement est à suivre. Pour cela, les outils de Google (Search Console et Analytics) sont nos meilleurs alliés. L’un permet d’observer l’indexation du site web, de soumettre un sitemap et de suivre le positionnement par rapport aux requêtes-clés. L’autre nous montre des données comme le nombre de visites, le taux de rebond, le CTR (si connecté à la Search Console)… Et j’en passe, ce sont des outils très puissants !

Faire ce suivi est un très bon moyen de déceler les problèmes, de comparer ce qui marche ou pas en terme de SEO, et donc, de corriger le tir et d’ajuster sa stratégie au besoin.

Si tu veux aller plus loin, j’ai listé dans un article les meilleurs outils SEO gratuits pour le blogging pour t’aider dans ton référencement naturel.

Voilà, je pense avoir fait le tour 😊. J’ai essayé de faire une définition du SEO aussi complète que possible et facile à comprendre. Enfin, j’espère 😅 ! N’hésite pas à me dire en commentaire ce que tu en penses !

Jessica

Partage l'article sur tes réseaux sociaux préférés !
  •  
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  •  
    3
    Partages
  •  
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
Posté le: 20 juillet 2020, par :

Laisser un commentaire

Reçois la Checklist GRATUITE "Écrire et Optimiser son article de blog sans rien oublier" !